AÎNÉS ET ACTIVITÉS COMMUNAUTAIRES

1-         SUIVI DU PROJET ENSEMBLE VERS L’INCLUSION

            POUR UN VIEILLISSEMENT ACTIF DANS LA DIGNITÉ

Chers membres de la C.J.R.

Dans la dernière édition du journal, nous vous avions présenté les 4 grands chantiers que le comité de pilotage du projet de recherche avait choisi de prioriser, soit l’accueil, la mission, la planification des activités et la sensibilisation aux différentes réalités du vieillissement. À partir du travail soutenu de ces 4 équipes, nous vous proposons aujourd’hui notre plan d’action vers l’inclusion, en 10 défis. Ceux-ci vous sont présentés dans le tableau suivant.

À l’automne, certaines activités de la C.J.R. testeront cette approche inclusive en expérimentant certains changements, certaines actions. Nous les appelons « activités pilotes ». Cette expérimentation, documentée par une évaluation continue, permettra à la C.J.R. de s’assurer que cette démarche est réaliste et voir quels résultats elle peut amener.

Situation problématique / Problème soulevé Que pouvons-nous faire?
1 La mission de la C.J.R. n’est pas comprise pareillement par tout le monde. Certains croient que la responsabilité de la C.J.R. est d’offrir des activités, sans rôle d’inclusion. Promouvoir le rôle de milieu d’appartenance de la C.J.R. à l’interne inclus dans la mission C.J.R.
2 Les membres ne respectent pas les règles, procédures d’une activité ou de la C.J.R. Clarifier les droits et responsabilités des membres de la C.J.R. (tous types de membres).
3 Problèmes au niveau de l’accueil : les nouveaux membres sont laissés à eux-mêmes, présence de clans fermés à l’idée d’inclure des nouvelles personnes. Identifier des moyens pour améliorer le processus d’accueil dans toutes les activités organisées par la C.J.R.
4 Organiser une activité est une tâche lourde impliquant de nombreuses responsabilités. Identifier des moyens pour faciliter la planification et l’organisation des activités pour les responsables d’activités.
5 Les responsables ont des responsabilités importantes et sont redevables à la fois aux membres et à la C.J.R. Développer des formations sur la pratique sécuritaire d’une activité.
6 Il peut être difficile d’inclure des personnes vivant des réalités particulières dans un groupe. Développer des alternatives pour participer plus facilement à certaines activités.
7 Il peut manquer de lieu pour donner son opinion ou faire des commentaires.

Les responsables aimeraient recevoir des commentaires sur leur activité.

Évaluer la satisfaction des membres.
8 Des personnes quittent une activité ou la C.J.R. sans que nous sachions si nous aurions pu intervenir pour qu’elles puissent continuer à participer

 

Faire le suivi des membres et des bénévoles qui quittent la C.J.R.
9 Le vieillissement et les incapacités sont méconnus et certaines personnes ont des préjugés. Informer sur les différentes facettes du vieillissement

·         Déconstruire les mythes et les stéréotypes liés aux limitations et aux incapacités chez les aînés.

 

·         Rendre plus concrètes des situations d’inclusion dans le but de souligner les bons coups.

10 Il y a présence d’intimidation à la C.J.R. Sensibiliser les membres aux actions à poser en cas de situation d’exclusion (intimidation).

Afin d’accompagner les responsables qui seront projets pilotes, plusieurs outils sont présentement en développement. En voici une liste non-exhaustive :

  • Code de vie révisé
  • Guide d’accueil
  • Outil d’aide à l’organisation d’une activité
  • Offrir des cours de secourisme aux responsables
  • Banque à idée (Fournir aux responsables des « bonnes idées » à appliquer dans leurs activités pour accommoder un participant)
  • Liste de ressources dans la communauté
  • Modèle de formulaire d’évaluation
  • Boîte à suggestions
  • Questionnaire de suivi suite au départ d’un membre
  • Diffusion de capsules d’information sous forme de quizz
  • Mise en forme et diffusion de témoignages
  • Formation sur l’intimidation et ses conséquences

Ces outils seront testés et évalués dans le cadre des projets pilotes, puis seront disponibles pour l’ensemble des membres intéressés en janvier 2017. N’hésitez pas à nous contacter si cela vous intéresse au 418-626-2828 ou C.J.R.rapvad@gmail.com.

 

2-         LA MALENTENDANCE, UN SUJET TABOU? OH! QUE OUI… E!

La déficience auditive est une limitation qui touche plusieurs d’entre nous. Nous connaissons tous et toutes, de près ou de loin, une personne malentendante. Mais qu’est-ce que la malentendance au fait? Pourquoi, même avec un appareil, ma conjointe me fait-elle répéter?

Monsieur Michel Zalatan, audioprothésiste professionnel dans le domaine de la santé auditive depuis 10 ans, se fera une joie de répondre aux diverses questions que soulèvent les problèmes d’audition.

En collaboration avec le Comité vieillissement actif dans la dignité (VAD), c’est avec plaisir que je vous convie à la conférence de septembre prochain. Celle-ci sera suivie d’une collation où vous pourrez en profiter pour poursuivre la réflexion et échanger entre vous.

Date :        Le jeudi 22 septembre

Heure :      9 h 15

Endroit :    Centre communautaire du Plateau

Coût :        Gratuit, mais vous devez vous inscrire le 8 septembre prochain.

Georgette Baril, collaboratrice à l’organisation de l’événement

3-         ÊTRE HEUREUX

Lors d’un séminaire consacré aux couples à l’Université de Fresno (Californie), un des conférenciers a demandé à une femme dans l’assistance : « Votre mari vous rend-il heureuse? Vous rend-il vraiment heureuse? ». À ce moment, le mari a relevé la tête, totalement sûr de lui. Il savait que son épouse répondrait par l’affirmative car elle ne s’était jamais plainte pendant leur mariage. Cependant, sa femme a répondu par un « non » tonitruant, un « non » bien catégorique ! « Non, mon mari ne me rend pas heureuse! » Son mari était complètement déconcerté, mais elle a continué :

« Mon mari ne m’a jamais rendue heureuse et il ne me rend pas heureuse ! Je suis heureuse ! »

« Le fait d’être heureuse ou pas ne dépend pas de lui, mais de moi. Mon bonheur ne dépend que d’une seule personne : moi. C’est moi qui décide que je serai heureuse dans chaque situation et à chaque moment de ma vie, car si mon bonheur dépendait de quelqu’un, de quelque chose ou d’une circonstance sur la face de la terre, j’aurais de graves problèmes.

Tout ce qui existe dans cette vie change en permanence : l’être humain, la richesse, mon corps, le climat, ma volonté, les plaisirs, les amis, ma santé physique et mentale. En fait, la liste est interminable. Je dois décider d’être heureuse indépendamment de tout le reste. Que ma maison soit vide ou pleine : je suis heureuse ! Que je sorte accompagnée ou seule : je suis heureuse ! Que je gagne un bon salaire ou non : je suis heureuse !

Je suis aujourd’hui mariée mais j’étais déjà heureuse célibataire. Je suis heureuse par moi-même. J’appelle des « expériences » les autres choses, personnes, moments, situations. Elles peuvent ou non m’apporter des moments de joie ou de tristesse. Quand une personne que j’aime meurt, je suis une personne heureuse qui vit un moment inévitable de tristesse.

J’apprends grâce aux expériences passagères et je vis celles qui sont éternelles comme aimer, pardonner, aider, comprendre, accepter, consoler.

Certaines personnes affirment : aujourd’hui, je ne peux pas être heureux parce que je suis malade, parce que je n’ai pas d’argent, parce qu’il fait très chaud, parce qu’il fait très froid, parce que quelqu’un m’a insulté, parce qu’une personne ne m’aime plus, parce que je n’ai pas su me mettre en valeur, parce que mon mari n’est pas tel que je l’espérais, parce que mes enfants ne me rendent pas heureux, parce que mes amis ne me rendent pas heureux, parce que mon travail est inintéressant, et ainsi de suite.

J’aime la vie que je mène mais pas parce que ma vie est plus facile que celle des autres. C’est parce que j’ai décidé d’être heureuse et je suis responsable de mon bonheur. Quand j’enlève cette obligation à mon mari et à toute autre personne, je les libère du poids de me porter sur leurs épaules. Leur vie est beaucoup plus légère. Et c’est ainsi que j’ai réussi à avoir un mariage heureux tout au long de ces années. »

La morale de cette histoire ? Vous l’avez devinée : Ne laissez jamais entre les mains d’une autre personne une responsabilité aussi grande que d’assumer et de susciter votre bonheur.

Soyez heureuse et heureux, même quand il fait chaud, même quand vous êtes malade, même quand vous n’avez pas d’argent, même quand une personne vous a blessé ou blessée, même quand on ne vous aime pas ou que l’on ne vous estime pas à votre juste valeur. Un conseil valable pour les femmes et les hommes de tout âge.

4-         AUTEURS DE CHEZ NOUS

Sur le rivage de l’été

Le soleil jette l’ancre
sur le rivage de l’été

de l’aurore au crépuscule
l’ombre des nuages
nage dans les airs
serpente sur les eaux dormantes

les reflets du matin ombragé
se tissent dans les jardins
les oiseaux chantent
l’amour se pose sur le feuillage

je fixe mes pas
à l’orée des sentiers près de l’étang
le parc réveille la magie
l’éden de l’enfance

l’horizon s’ouvre au jour naissant
l’été réinvente l’âme de la terre

Gisèle Labbé